Edito Philippe Tricetti

Ce n’est pas un hasard du calendrier si le mois du développement économique et local fait suite à celui de l’alphabétisation.

La suite logique d’un apprentissage fondamental, serait d’acquérir des compétences ou un savoir-faire qui permettent à chacun une autonomie économique…

Nous sommes loin de cette image d’Épinal !

Dans les pays « pauvres » l’économie de survie est la règle, et l’absence de formation limite les initiatives créatrices d’emploi.

Paradoxalement les femmes, premières victimes de la non-alphabétisation doivent assurer les revenus de la famille.

Ajoutons à cela des conditions climatiques extrêmes, froid, chaleur, manque d’eau, l’aide que nous pouvons apporter est multiple mais doit s’organiser autour d’une vraie expertise des conditions locales et de la pérennité de nos actions.

La Fondation Rotary alloue chaque année 29 millions de dollars au développement économique local et à la lutte contre la pauvreté.

Les réalisations sont multiples :

  • Formation financière et assistance pour l’octroi de micro-crédit
  • Aide à l’acquisition de savoir-faire ou d’optimisation de compétences
  • Valorisation d’une agriculture durable
  • Etc…

Localement, nous devons faire face à une autre problématique. Trop de jeunes sortent du système scolaire sans « qualification » mais non sans compétences !

Les évolutions technologiques et numériques, chamboulent le monde du travail détruisant certains emplois au profit de nouveaux…

Mauvaise orientation, absence de visibilité sur l’évolution des métiers, besoin d’adaptation, incitation à la création…Notre réseau professionnel se doit d’être à leur service. 

S’il fallait encore une preuve du bien-fondé de nos six axes stratégiques, le développement économique, local…et durable, montre l’importance de chacun d’eux.

D’où le grand intérêt de la transversalité indispensable des différentes commissions dans l’organisation de nos actions.

Agissons ensemble !

Philippe Tricetti
Gouverneur 2017-18