Philippe Tricetti Gouverneur élu

Philippe TRICETTI

RC Beausoleil

Né le 2 septembre 1955 à Monaco, il est marié avec Roselyne et ont deux fils Raphaël et Michaël.

Il a exercé durant toute sa vie professionnelle en Principauté en tant que gestionnaire de Patrimoine et banquier privé.

Admis au club de Beausoleil en 2005 il a été trésorier pendant 5 ans, Président en 2011 et Vice-président jusqu’à ce jour.

En 2014 il devient adjoint du gouverneur

Pour mieux le connaître voici un portrait sous forme d’interview réalisé par Thierry CROUZERY responsable de l’Image Publique pour notre District.

Bonjour Philippe,

Bonjour Thierry,

Est-ce que tu peux me dire qui tu es, en quelques mots ?

Je suis un homme d’une soixantaine d’années qui a vécu de belles expériences humaines et professionnelles et qui voit devant lui de nouveaux horizons à partager. Je crois à la résilience qui permet de gérer les écueils et les blessures de la vie. Je suis toujours à la recherche de nouveaux savoirs, de nouvelles connaissances. J’ai une soif d’apprendre, pour moi, mais aussi pour le restituer car c’est à mon avis très important.

Depuis combien de temps es-tu Rotarien ?

Depuis 12 ans

Comment as-tu rencontré le Rotary ?

Par mon parrain Jean-Louis LORENZI, que j’ai connu dans d’autres circonstances. Il m’a fait découvrir le Rotary car c’est une personne très investie et son enthousiasme m’a convaincu.

 

Quels sont les évènements rotariens ou non qui t’ont donné envie de t’impliquer à un niveau supérieur à celui du club ?

 

Je crois que c’est un puzzle qui s’est mis en place au fil du temps. Cela fait partie de la trame de mon parcours : mon implication immédiate dans le club, avoir participé à toutes les formations, séminaires et conférences, m’ont donné la dimension du Rotary.

Plus on s’implique et plus on a envie de pouvoir intervenir au niveau des décideurs avec une certaine légitimité.

La Présidence de mon club a été déterminante par la formation que j’ai reçue, l’enthousiasme d’animer un groupe, les très bons moments partagés durant cette année.

En point d’orgue, la Convention internationale de Lisbonne, au niveau rencontres internationales ce fût le Top !

Que l’on soit Rotarien ou pas, c’est très marquant !

Et enfin le soutien permanent de Rose, qui m’a permis d’accomplir ce que tout seul on ne peut pas réaliser. Elle a d’ailleurs rejoint notre club depuis quelques années.

 

Est-ce que tu dirais que vouloir devenir gouverneur est une suite de marches successives qui conduit dans un premier temps à la compréhension générale du Rotary et dans un deuxième temps à un investissement personnel toujours plus fort ?

Pour ma part oui ! Quand je suis rentré au Rotary, difficile de se projeter dans une Présidence, et encore moins un Gouvernorat. C’est donc une construction qui s’est faite pendant 12 ans d’actions et d’investissements successifs avec toujours le soutien indéfectible de mon club.

Aujourd’hui quelles sont tes motivations en tant que gouverneur ?

Continuer à agir comme je l’ai fait dans mon club mais avec une autre dimension.

Mais Agir ne veut pas dire Révolutionner !

L’Evolution est plus efficace. Une année passe vite d’où la nécessité d’un plan de leadership efficace et coopératif. C’est la garantie de la cohésion de notre district.

Le Monde évolue, le Rotary aussi et les décisions prises par le Conseil de législation vont dans ce sens.

Ma volonté de partager mes connaissances et mon enthousiasme vont être les moteurs de notre année.

Pour cette année 2017/2018, je fais miennes les priorités de notre Président International Ian RISELEY, auxquelles j’adhère pleinement.  « Soutenir et renforcer les clubs, cibler et intensifier l’action humanitaire, améliorer l’image publique du Rotary et sensibiliser le public »

Avec vous Notre District aura un « Impact Réel ».

Je vous donne rendez-vous le 24 juin pour l’Assemblée de Formation au Méridien à Monaco.