En rapport avec le thème du mois : Communication & Humilité

Cela fait bien longtemps, certainement depuis l’aube de l’humanité, que l’on a compris que la communication était une arme bien plus redoutable que l’arc où l’épée car elle touche au cœur même de l’intelligence et de l’affect. Comme à son habitude, notre époque a abusé des médias et la communication se trouve aujourd’hui en voie d’être marginalisée, décrédibilisée par une trop grande servilité aux pouvoirs politiques et économiques.

Pourtant il est nécessaire à chaque club de faire savoir ce qu’il fait pour pouvoir dire qu’il existe et attirer vers lui du sang et des esprits neufs, dans un contexte où les associations tournées vers le caritatif et l’humanitaire sont légions. Il y a donc une véritable stratégie définir et à mettre en place très rapidement.

Toute communication montre aujourd’hui la réussite et la fierté de la réussite de ceux qui la promeuvent et le sentiment d’orgueil autant que de supériorité s’affiche comme un drapeau. Le public, blasé, n’y croit plus et se détourne, se tourne vers plus de proximité. De quoi est constituée cette dernière ? D’ordinaire, de simplicité, de compréhension et de naturel. Rien que chacun ne puisse dire et faire.

Les clubs ont souffert et souffrent encore aujourd’hui de l’image de notables qui leur est accolée, et la réussite de chacun d’entre nous devient un boulet pour la communication des clubs. Il semble nécessaire aujourd’hui de cingler vers un autre cap afin d’éviter les écueils qui se rapprochent. Les nouveaux principes de la communication doivent à mon sens ressortir des caractéristiques de la proximité ; il nous faut montrer plus que du panache : notre humilité et notre solidarité, avec la force de la détermination qui est la nôtre.

Si nous disposons de moyens plus importants que d’autres, nous faisons partie de cette société. Si nous nous en coupons, nous mourrons. Si nous voulons continuer à vivre en tant que Rotariens, il nous faut être plus proches.