Thème du mois : la santé de la mère et de l'enfant

LA VACCINATION & LES CONTESTATAIRES
Au moment où tant de contestations s’élèvent à l’encontre de l’obligation de vacciner, il est temps de revenir à la raison !
Il faut le savoir, la vaccination est l'un des grands succès de la santé publique. 
Des millions de vies ont pu être sauvées grâce à ce geste de prévention. 
L'arrêt de la transmission, voire l'élimination de certaines maladies infectieuses est possible si chacun recourt à la vaccination pour se protéger mais aussi pour protéger les autres.

Les enfants comme les adultes, plus fragiles du fait de leur âge ou de leur état de santé et qui ne peuvent être vaccinés sont ainsi protégés par le contact avec les personnes vaccinées...

 

« Être à jour dans ses vaccinations, c’est être protégé toute la vie » (Santé Publique en France).    
Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 2 à 3 millions de vies sont sauvées chaque année grâce à cet acte simple de prévention.

Plusieurs centaines de millions de personnes sont vaccinées chaque année en France et dans le monde. La plupart des réactions vaccinales sont mineures et passagères et les éventuels effets indésirables des vaccins sont très surveillés. 

La déclaration des éventuels effets indésirables, qu’ils soient graves ou non, par les professionnels de santé et par les patients, permet de faire progresser en permanence la sécurité des vaccins.

Le risque de développer une maladie grave en ne se vaccinant pas est beaucoup plus important que celui de voir apparaître un effet indésirable lié à la vaccination.

Les recommandations de la FONDATION ROTARY
Face à 6,3 millions d’enfants de moins de 5 ans qui meurent chaque année de maladies, de malnutrition, de soins de mauvaise qualité ou du manque d’assainissement, les parades prennent forme :

  • Elaborer ou soutenir des programmes d’approvisionnement en vaccins et antibiotiques. Rubéole, paludisme, pneumonie, VIH/SIDA et maladies diarrhéiques sont les causes principales de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

  • Prévenir la transmission du VIH/SIDA de la mère à l’enfant en encourageant la prise de médicaments antirétroviraux et l’utilisation de lait maternisé,
  • Promouvoir une bonne nutrition et encourager l’allaitement au sein,
  • Inclure des efforts en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène pour optimiser la nutrition des enfants, sachant que les diarrhées causées par de l’eau contaminée accentuent la malnutrition des enfants

La mise en place d’un planning familial
Nos sociétés occidentales ignorent que 222 millions de femmes qui souhaitent retarder leur grossesse ou ne pas enfanter n’ont pas accès à des méthodes de contraception sûres et efficaces.
Alors, pourquoi ne pas donner l’information sur les contraceptifs et en faciliter l’accès, dans le cadre d’actions de santé de la mère.
Le nombre de décès lors de l’accouchement serait réduit de près de 30 %.

Les soins prénataux et obstétriques
En Afrique subsaharienne, une femme sur 39 meurt durant la grossesse ou lors de l’accouchement.
Or, 80 % des décès en couches pourraient être évités par l’accès à du personnel qualifié.
Avec l’aide de la FONDATION, nous pouvons :

  • Autonomiser la collectivité locale, afin qu’elle s’approprie le programme de formation et assure la pérennité de l’action,
  • Faire appel à l’expertise des rotariens obstétriciens et gynécologues,
  • Travailler avec d’autres organisations locales spécialisées dans la santé de la mère et de l’enfant.

Aujourd’hui, les activités financées par les subventions mondiales financent entre autres la formation des sages-femmes au Malawi, le dépistage du sida chez les femmes enceintes au Libéria, les soins de routine et l’équipement d’une Jeep en Haïti, servant à transporter des sages-femmes qui dispensent des soins prénataux aux femmes enceintes des villages isolés.

L’éventail de nos actions possibles est grand ouvert, à nous de le découvrir !

Article de :
Chantal Pasqualini
RC Nice Riviera Côte d'Azur