Une arme de construction massive

Lorsqu’en 1935, Staline reçut Pierre Laval, alors premier ministre français, à Moscou, ce dernier lui demanda de faire un geste favorable envers le Vatican ; Staline répondit le fameux « Le Pape, combien de divisions ? ». Cinquante quatre ans plus tard tombait le mur de Berlin et le système soviétique. La victoire appartiendrait-elle donc à celui qui a les âmes, pas à celui qui a les armes ? Le Rotary n’a pas de divisions blindées mais un peu plus de 1,2 millions bénévoles, soldats de la paix et de l’entente entre les peuples. Les Rotariens agissent en partie par le biais de leur Fondation qui détient aujourd’hui un capital colossal de plus d’un milliard de dollars.