Thème du mois : la santé des mères et des enfants

Thème du mois : la santé des mères et des enfants

On estime qu’au moins 5,9 millions d'enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de malnutrition, de manque de soins et de problèmes sanitaires, autant de terribles facteurs qui pourraient être évités. C’est pour lutter contre ces fléaux que le Rotary agit pour la santé des mères et des enfants au travers d’une multitude d’initiatives et de programmes. Découvrons certaines de ces actions remarquables, menées par les Clubs Rotary du Monde entier, afin de nous inspirer pour agir à notre tour en faveur de la santé des mères et des enfants.

1/ Histoire d’une action remarquable : Guérir les stigmates de la guerre

Dans les montagnes polonaises, 26 enfants traumatisés par la violence redécouvrent les joies de l'enfance dans un camp organisé par le Rotary où ils sont encadrés par des psychologues.

Dans l'est de l'Ukraine, les combats entre les rebelles pro-russes et l'armée ukrainienne ont provoqué depuis 2014 (selon UNICEF) :

  • 10 300 morts
  • 24 246 blessés
  • 580 000 enfants traumatisés
  • 2 700 000 personnes déplacées

Au début de 2014, lorsque le conflit en Ukraine a commencé, les membres du Rotary se sont mobilisés pour apporter leur aide.

« Nous nous sommes dit : pourquoi ne pas organiser des vacances pour ceux dont l’enfance était affectée par la guerre », explique Ryszard Luczyn, membre du club de Zamosc Ordynacki, en Pologne.

Barbara Pawlisz, du club de Sopot International, en Pologne, et Łuczyn ont reçu le soutien du comité inter-pays Pologne-Ukraine. Les comités inter-pays du Rotary sont des réseaux de clubs situés dans deux pays au minimum, et ils travaillent souvent ensemble à réaliser des actions de service, ou à favoriser la paix entre les habitants des pays en guerre. Les clubs de Biélorussie, de Pologne et d'Ukraine font partie d’un tel réseau.

Mis en place en 2014, le programme Well-Being for Ukrainian Kids a eu, à l’origine, des résultats mitigés. Les enfants de 8 à 17 ans ne s'entendaient pas toujours. Leur traumatisme de guerre était récent, et la communication entre les groupes d'âge était difficile. Les membres du Rotary ont reconnu la nécessité de modifications, mais ils ne se sont pas découragés. A la suite de cette première tentative, les organisateurs ont fixé, pour les campeurs, une tranche d’âge de 6 à 12 ans, et le nombre de clubs polonais apportant leur soutien au projet a plus que doublé, pour atteindre les 83.

Le district 2231 du Rotary en Pologne a collecté des fonds afin de financer les frais de voyage et d'hébergement des enfants et de ceux qui les prennent en charge. Le projet a également bénéficié du soutien de clubs en Suède et en Slovaquie. Les clubs ukrainiens ont participé à la sélection des participants de toutes les régions du pays. « Il est toujours très difficile de retrouver les enfants traumatisés dans les petites villes et les villages. Nous avons donc lancé un appel à tous les clubs ukrainiens pour qu'ils nous aident », déclare Anna Kaczmarczyk, membre du club de Zamosc Ordynacki, en Pologne. « A présent, nous avons non seulement des enfants des grandes villes, mais aussi des régions reculées du pays. » Le programme est une vraie réussite. « On observe de nets changements chez les enfants », disent les Rotariens.

Anna Kaczmarczyk, membre du Rotary Club de Zamosc Ordynacki (Pologne) est la première à rencontrer les enfants, au départ de leur voyage. « Ils sont parfois nerveux, ce qui peut les rendre irritables et agressifs. Mais après le programme, ils sont détendus, souriants, pleins d'une nouvelle confiance en eux-mêmes. »

« Nous maintenons ce programme parce que nous savons comment ces enfants réagissent, la manière dont ils changent, deviennent plus ouverts sur le monde et regardent le monde comme doit le faire un enfant », dit Anna Kaczmarczyk. La guerre les prive de leur enfance. Et ils conservent leurs rêves d’enfants. » Après leur retour, les participants envoient des photos et des lettres exprimant leur expérience du camp de vacance aux organisateurs du programme et aux membres du Rotary.

Qu'il s'agisse d’histoires fabuleuses ou d'observations pratiques, les enfants rapporteront chez eux de beaux souvenirs.

Les enfants victimes de violence peuvent être eux-mêmes sujets à la violence ; ce programme leur désigne une autre voie.

Malgré les stigmates émotionnels laissés par sa vie dans une région en guerre de l’Ukraine, Mysticta Berlet est espiègle comme l’est tout garçon de 12 ans qui part en colonie de vacances. Mykyta et les 25 autres jeunes ukrainiens qui se rendent à la station de ski de Zakopane, dans les contreforts du sud de la Pologne, ne songent naturellement qu’à s’amuser. Mais leur répit de deux semaines, organisé par des membres du Rotary, comporte un but plus élevé : aider les enfants à se rétablir et à être en mesure d’affronter le traumatisme qu’ils vivront peut-être à leur retour.

Tous ont un parent, un frère ou une sœur qui ont été tués ou blessés au cours des combats en Ukraine. Les psychologues du camp les accompagnent dans un programme associant l’évasion avec la thérapie. Durant deux ans, Olga Zmiyivska, membre du Rotary club de Kharkiv Multinational, en Ukraine, a pris en charge des enfants au camp et a été témoin de son impact. « Après leur séjour, dit-elle, ils sont mieux disposés à établir des contacts et à ouvrir leur cœur. »

Ayant grandi durant ce conflit de près de quatre ans, la plupart des campeurs ne se souviennent pas d'une vie sans guerre. Ce qu’ils racontent des combats manque de lien avec la réalité, et ils taisent l’horreur véritable. Certains sont sur leurs gardes et hyper-vigilants, d'autres ne parviennent pas à dormir ou souffrent de cauchemars, d’autres encore se replient sur eux-mêmes et gardent leurs émotions secrètes.

À Zakopane, nichée dans les montagnes pittoresques des Tatras, des membres du Rotary permettent aux enfants de récupérer dans un environnement tranquille. Ils dorment dans des cabanes confortables, sur les rives d’un lac limpide flanqué de collines verdoyantes. Le programme intitulé « Vacation 2017 Zakopane : Well-Being for Ukrainian Kids » (Vacances 2017 à Zakopane : offrir le bien-être à des enfants ukrainiens), comprend les activités d’un camp de vacances traditionnel, ainsi que des excursions encadrées par des professionnels de santé mentale. Plus de 100 enfants y ont participé au cours des quatre dernières années.

Well-Being for Kids From Ukraine - YouTube

Les activités quotidiennes sont simples mais bienfaisantes. « Le programme permet à ces enfants d’être encore des enfants et de vivre les émotions des enfants », déclare la psychologue Olha Hrytsenko. « Ils découvrent et assimilent une autre culture, une autre langue et d’autres comportements, (et) peuvent établir des comparaisons, ainsi que tirer des conclusions sur ce qui est bon et ce qui est mauvais. Cela les aidera à se retrouver eux-mêmes.»

C’est, selon les experts, parce que les enfants sont plus vulnérables au traumatisme psychologique de la guerre qu’ils se replient sur eux-mêmes. Renouer des liens affectifs est essentiel à leur rétablissement. En l’absence de soins, les enfants seront plus susceptibles, dans leur vie adulte, d’être auteurs de violence familiale, de devenir toxicomanes ou de perdre leur emploi.

2/ Des Rotariens sauvent des nouveau-nés au Brésil

Des clubs du Japon et du Brésil, liés par un jumelage entre leurs deux villes, ont utilisé une subvention mondiale de la Fondation Rotary pour équiper l’unité de soins intensifs néonatals d’un l'hôpital.

Une mère est en train d’accoucher et elle a peur. Son terme n’était pas attendu avant trois mois. L’hôpital le plus proche est à 50 km et, même si elle arrive à temps, le bébé ne pèse que 900 grammes. Et il y a un autre problème. L'unité de soins intensifs néonatals de l'hôpital ne compte que sept incubateurs et tous sont utilisés, de sorte que le bébé doit être transféré dans un autre hôpital pour recevoir les soins critiques dont il a besoin. S'il survit au transfert, ses parents devront trouver un moyen de se rendre à cet hôpital pendant des mois.

De nombreuses nouvelles mères étaient confrontées à de telles situations à l'hôpital régional Dr Leopoldo Bevilacqua, un centre public situé dans la vallée brésilienne du Ribeira. Le manque d'équipement signifiait que certains des nouveau-nés les plus vulnérables de l'hôpital devaient être transférés, un facteur dans le taux élevé de mortalité infantile de l'État de São Paulo. « Il y a deux réalités ici : les gens qui peuvent payer pour un hôpital privé et ceux qui ne peuvent pas », explique Lina Shimizu, qui a mené le projet pour le Rotary club de Registro-Ouro, au Brésil. Ces derniers ont souvent à parcourir de longues distances pour se rendre dans un hôpital public comme Leopoldo Bevilacqua qui dessert 24 villes. 

En s'associant avec deux clubs de Nakatsugawa (Japon) pour une bourse mondiale de la Fondation Rotary, les Rotariens brésiliens ont levé 172 500 dollars. Ils ont financé des équipements, dont cinq incubateurs pour l'unité de soins intensifs néonataux de l'hôpital qui a ainsi presque doublé sa capacité à s'occuper de nouveau-nés fragiles. En 2013, 129 bébés ont été admis dans l’unité ; depuis la mise en œuvre de l’action, l'hôpital a pu soigner environ 220 bébés par an. 

Les autres équipements fournis dans le cadre de la subvention comprenaient cinq ventilateurs, un bilirubinomètre, trois berceaux chauffés, cinq moniteurs pour les signes vitaux et une unité de photothérapie à microprocesseur ultra puissant pour traiter les bébés souffrant de jaunisse. La subvention a également financé de la publicité pour informer les habitants sur les ateliers de soins prénataux organisés par les agents de santé de la région. La campagne de publicité visait à informer les mères vivant dans des régions éloignées qui ne connaissent peut-être pas les services qui leur sont offerts, ni l'importance des soins prénataux et de l'allaitement au sein. 

Cliquer ici pour voir la vidéo

 

 

Les Rotary clubs ont aussi utilisé les fonds de subvention pour lancer une campagne publicitaire sur l’importance des soins prénataux et l’allaitement au sein.  Cette subvention mondiale a marqué un tournant pour les Rotariens de Nakatsugawa, qui avaient cessé de contribuer à des projets internationaux après avoir connu des difficultés lors d’une subvention passée. La différence tenait cette fois dans la relation entre les villes de Registro et de Nakatsugawa, qui ont créé un jumelage en 1980. « Il s’agissait initialement du projet d'un autre club brésilien, mais ils ont passé cinq ans à chercher un partenaire et un financement », affirme Lina Shimizu. « Nous avons pu le mettre en œuvre en trois ans en raison de la relation établie avec le jumelage. »

Les Rotariens des deux villes se rencontrent régulièrement pour améliorer leurs relations, et ils alternent entre le Brésil et le Japon. Et c’est en raison de leur relation étroite que les Rotariens japonais se sont dits convaincus que leur contribution financière serait bien gérée. De plus, Lina Shimizu étant d’origine japonaise et parlant couramment la langue, cela a contribué à créer un climat de confiance et à faciliter la communication. 

Un groupe de Rotariens japonais a visité l'unité de soins intensifs néonatals après la fin de l’action. « Au bout de 37 ans », explique Mitsuo Hara, membre du club de Nakatsugawa, « il existe une amitié et un lien entre les Rotariens des deux pays ».

3/ Des dispensaires prénataux mobiles

Voir la Vidéo en cliquant ici

Haïti a le plus haut taux de mortalité maternelle et infantile des Amériques. Pour que des bénévoles et des sages-femmes puissent atteindre les mères et les enfants dans les villages les plus isolés, le Rotary a fourni une Jeep médicalisée entièrement équipée.

4/ Soigner et autonomiser les mères

Robert Zinser est un habitué des chiffres. Past-gouverneur de district, membre du club allemand de Ludwigshafen-Rheinschanze, économiste et président pour l’Asie de la compagnie multinationale allemande BASF, il a passé sa vie à analyser des données et à faire des projections. Alors, lorsqu’il a lancé son projet sur cinq ans de trois millions de dollars pour réduire la mortalité infantile et maternelle au Nigéria – un pays qui a le second taux de mortalité le plus élevé au monde, il ne s’engageait pas au hasard. Il s’avait que son action allait avoir un impact profond.  

« Au Nigeria, 70 % des accouchements ont lieu à domicile. S’ils durent trop longtemps, ils peuvent causer des fistules obstétricales chez les mères », une lésion qui peut causer la mort du nouveau-né et une incontinence chronique, des infections, des lésions nerveuses voire la mort.  « Il est donc vital de les prévenir », explique Robert Zinser qui est également le président fondateur de l’Amicale d’action du Rotary Population et développement.  

Utilisant une approche intégrée pour fournir de meilleurs soins prénataux, son action a réduit la mortalité maternelle de 60 % dans les hôpitaux participants et a permis d'atteindre depuis 2005 un million de femmes en âge de procréer et de traiter 1 500 nigérianes, soit 500 de plus que l’objectif initial. « De nombreuses femmes souffrant de cet état ont été chassées de leur foyer et doivent désormais trouver un moyen de gagner leur vie, souligne Robert Zinser. Elles ne savaient même pas que cette lésion pouvait être traitée avant que nous ne commencions à diffuser des informations à la radio pour en expliquer les causes, les symptômes et les traitements possibles. »  

Une subvention de la Fondation Rotary de 478 000 dollars accordée au district 9125 au Nigeria et au Rotary club allemand de Weissenburg a permis de lancer cette action à laquelle ont également participé, à hauteur de 826 000 dollars, le gouvernement allemand et la fondation Aventis. Des activités telles que la production d’électricité à partir de panneaux solaires, du matériel parmi lequel des moustiquaires imprégnées d’insecticide, des prêts de microcrédit et des formations professionnelles ont été également financés.   

« Lorsque vous vous rendez dans un pays en développement, que vous visitez des bidonvilles et que vous parlez avec les locaux, vous voyez tout de suite que les femmes sont en retrait par rapport aux hommes, explique Robert Zinser. Elles souffrent de cet état et du manque de soutien. Elles ne seront pas en mesure de s’autonomiser tant qu’elles ne sont pas totalement libres de leurs propres choix en matière de soins prénatals et d’espacement des naissances. Si nous y parvenons, nous améliorerons leur santé et celle de leur famille, et nous parviendront à réduire la pauvreté et la faim. »

À 85 ans, Robert Zinser a encore plein de projets dans ses cartons. Selon lui, le moment est propice pour agir, car la santé de la mère est une des priorités des Nations unies et il compte monter d’autres actions sur ce modèle et les promouvoir. « Mes amis me demandent souvent pourquoi je ne viens plus jouer au golf avec eux. Ils ne savent pas à quel point le Rotary me fait du bien. De plus en plus, les scientifiques reconnaissent que si l’on fait du bien à d’autres personnes, cela a pour effet de freiner le vieillissement. Je me sens à ma place en Afrique ! », conclut-il.   

En savoir plus sur l’Amicale d’action du Rotary Population et développement :

https://www.rifpd.org/

Comme nous venons de le constater, les Rotariennes et rotariens du Monde entier agissent quotidiennement pour améliorer la santé des mères et des enfants. Notre mouvement mondial nous Ouvre des Opportunités en nous donnant accès à de multiples ressources. Afin d’augmenter notre impact, la Fondation peut nous soutenir et nous pouvons agir ensemble grâce aux Comités Inter Pays et aux Amicales d’Action par exemple. Alors Passons à l’Action afin de Servir pour Changer des Vies !

Courrier du district - Avril 2021

Edito de Philippe Raffin, Gouverneur 2020-2021

Chers amis, 

Nous arrivons dans le dernier trimestre de l’année 2020/2021. Il y un an nous étions confiné et nous ne nous doutions pas qu’un an après nous le serions encore.

Ce virus nous a obligé à vivre autrement et à nous organiser différemment   

Les activités de chacun de vos clubs s’en sont trouvées modifiées. Certains ont changé, leurs réunions, leurs manifestations leurs actions, mais continuent de ”servir d’abord” d’autres préfèrent attendre des jours meilleurs. Mais combien de temps devront nous attendre ?  A ce jour où le nombre d’hospitalisations est en recrudescence et ou la circulation du virus n’augmente personne ne peut dire quel sera l’avenir.

Lire la suite...

Message du Président du Rotary International 2020-21 Holger Knaack - Avril 2021

Connaissant bien le formidable potentiel de leadership des Rotaractiens, j’attends toujours avec impatience la Semaine mondiale du Rotaract qui est célébrée cette année du 8 au 14 mars. Les Rotaractiens sont au cœur de mes trois conférences présidentielles et la décision du Conseil de législation il y a deux ans d’élever le statut des clubs Rotaract au rang de membres du Rotary International m’a véritablement rempli de fierté. Avant cela, le Conseil avait déjà permis la double appartenance au Rotary et au Rotaract, et peu de temps après le conseil d’administration du Rotary supprimait la limite d’âge pour le Rotaract.

Lire la suite...

Message du président du conseil d’administration de la Fondation - K.R. Ravindran

L’Organisation mondiale de la Santé déclarait il y a exactement un an que le COVID-19 était une pandémie. Au moment où j'écris ces mots, le coronavirus continue de faire des ravages : il tue, étouffe les économies et change nos sociétés de multiples façons. Il a frappé de manière disproportionnée les pauvres et aggravé les inégalités.  

Même si certains pays ont mieux réussi que d'autres à contrôler cette maladie mortelle, le développement rapide des vaccins nous rapproche de la fin de notre étrange nouvelle réalité d'isolement social.

Lire la suite...

Mémorial rotarien : pour rendre hommage à ceux qui nous ont quitté

Toutes nos condoléances...

  • Christian Degiovani, Menton.
  • Jacques Knecht, Fréjus, Officier de la Légion d'Honneur, Officier de l'Ordre National du Mérite, PHF 1R, Secretaire de district de PDG lucien BARTH.

Thème du mois : la santé des mères et des enfants

On estime qu’au moins 5,9 millions d'enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de malnutrition, de manque de soins et de problèmes sanitaires, autant de terribles facteurs qui pourraient être évités. C’est pour lutter contre ces fléaux que le Rotary agit pour la santé des mères et des enfants au travers d’une multitude d’initiatives et de programmes. Découvrons certaines de ces actions remarquables, menées par les Clubs Rotary du Monde entier, afin de nous inspirer pour agir à notre tour en faveur de la santé des mères et des enfants.

Article de Jean-Charles LESSER
R.C. Grasse

Lire la suite...

Formation en ligne du District 1730 : le mode d'emploi

Le portail de formation en ligne du District mis en place l'année dernière sur la demande de Philippe Raffin sur un site test a été migré sur le site du District cette année.

Ce site est ouvert à tous les membres du District 1730 avec leurs codes de connexion au site du District.
Cette volonté de l'ouvrir à tous les membres proposée par André Pichaud permettra à tous les membres d'approfondir leurs connaissance dans tous les domaines. Car tout membre peut un jour prendre des fonctions de responsabilités dans le club.

Lire la suite...

RYLA 2021 - 15-16-17 avril 2021

Retrouvez le programme du RYLA 2021:

et inscrivez des candidats...

Lire la suite...

2° Forum Rotarien de la Méditerranée : Le Rotary pour la protection de la Méditerranée

Un partenariat transfrontalier pour soutenir la protection de l'environnement et de la mer Méditerranée

Date: Samedi  24 avril  2021 à partir de 9:00 (CET)

Modalité:  webinaire Zoom (avec traduction simultanée en Italien, Français et anglais)

Lire la suite...

Actions remarquables des clubs du District

Bienvenue dans ce nouveau chapitre répertoriant les actions remarquables des clubs.
Chaque mois, des clubs font de belles manifestations, de belles actions.

Suivons le mouvement !

Ce mois-ci :

  • Le projet ECO du Rotary E-Club Côte d’Azur de Nice
  • Les efforts pour contrer les effets dévastateurs du RC Ajaccio
  • Opération Anastacia, RC Brignoles

Lire la suite...

Rotary & vaccination contre la Covid-19

Bonjour,

En ces temps difficiles, nous sommes réconfortés de voir les efforts inlassables de nos membres qui sont passés à l’action contre la pandémie mondiale de COVID-19.
Aujourd'hui, la seule question que nous entendons sans cesse est la suivante : « Nous impliquons-nous dans la vaccination contre le COVID ? ».
 
 Et la réponse est « oui ».

Lire la suite...

Polio Newsletter n°45

Retrouvez la Polio Newsletter n°45 en PDF, en suivant le lien "lire la suite"

Lire la suite...

La convention du Rotary International, prévue du 12 au 16 juin 2021 à Taipei (Taïwan), se déroulera en ligne compte tenu de la menace permanente de COVID-19.

Inscription à la convention virtuelle

La convention en ligne est ouverte à tous les membres du Rotary et participants à nos programmes. Les inscriptions ouvriront mi-avril au tarif promotionnel de 49 dollars pendant 21 jours, puis de 65 dollars. Le coût de chaque manifestation préconvention est de 20 dollars. La convention et les manifestations préconvention donnent accès à la Maison de l'amitié. Davantage d'informations seront publiées plus tard.

A faire au cours du mois (et des suivants) !

Retrouvez les tâches à faire au niveau des clubs au cours du mois et des mois à venir

Susceptible de modification.

Lire la suite...