Eau : sole mio !

Quelle belle photo que ce squelette de vache étalé sur la terre millénaire et craquelée d’Erythrée s’étendant sans fin jusqu’à ce qu’une montagne éternelle l’arrête ! Je bois un verre d’eau, de cette eau dont l’absence a créé la souffrance mortifère source de l’esthétique de cette image en noir et blanc. Noir et blanc comme notre monde et comme le regard que nous portons sur les choses, les personnes et les situations selon l’endroit où nous sommes.
Paradoxe : les Bengalis se noient dans les inondations dues aux typhons que génère peu ou prou cet entonnoir qu’est le golfe du Bengale… La détresse qui se lit sur les visages est elle aussi esthétique !
Les icebergs fondent à cause du réchauffement climatique et les pays du Golfe dessalent l’eau de mer au prix colossal de la construction d’usines géantes. Dans le monde occidental, çà va, merci !