Lire le passé, écrire l'avenir...

Lire le passé, écrire l’avenir

Voilà une belle définition pour justifier une alphabétisation mondiale !

Elle émane de l’UNESCO, qui a érigé la date du 8 septembre en Journée internationale de l’alphabétisation.

L’UNESCO est au premier rang des efforts d'alphabétisation entrepris à l’échelle mondiale depuis 1946. Selon l’Organisation, l’acquisition et le perfectionnement des compétences en matière d'alphabétisation et de lutte contre l’illettrisme font partie intégrante du droit à l'éducation.

L'effet multiplicateur de l'alphabétisation rend les peuples autonomes, leur permet de participer pleinement à la société et contribue à améliorer leurs moyens de subsistance.

À l’échelle mondiale, toutefois, au moins 758 millions de jeunes et d’adultes ne savent toujours pas lire et écrire et 250 millions d'enfants n’acquièrent pas les compétences d'alphabétisation fondamentales. Il en résulte une exclusion des jeunes et des adultes faiblement lettrés et qualifiés qui ne peuvent pas participer pleinement à leur communauté et à leur société.
Il y a cinquante ans, l’UNESCO proclamait solennellement le 8 septembre « Journée internationale de l’alphabétisation » afin de mobiliser la communauté internationale et de promouvoir l’alphabétisation comme un instrument d’autonomisation des individus, des communautés et sociétés.